Billets d'humeur

2 mois, jours pour jours…

14 juillet 2021 -14 septembre 2021

 

Une journée qui commence de façon traditionnelle, ou pas… l’eau sortait déjà légèrement de son nid, je pars travailler et je me dis sur mon temps du midi, je vais rentrer… effectivement, la Vesdre approchait petit à petit, à peine le temps de barricader, de placer une pompe électrique à la cave, d’appeler mon papa en urgence pour venir m’aider à mettre tout en place pour éviter que l’eau ne rentre si elle arrive dans la rue. Mais comment ce que nous avions mis en place aurait pu résister à cette puissance de la nature ?

Le voilà reparti, seule face à moi-même, un léger stress s’installe, commence alors les allers retours entre mon étage, et mon rez-de-chaussée pour sauver quelques trucs, un voisin m’interpelle et bien intentionné me fait prendre conscience de bouger ma voiture, il a beau m’expliquer le chemin pour la mettre en sécurité, rien n’y fait, mon cerveau bug.

Bref, il m’accompagne pour aller la garer en hauteur.

 

Ouf, des sacs de sables pour placer devant les portes en plus. C’est sûr, ça retiendra l’eau, tout ira bien…

Euh… la cave commence à se remplir… les pieds dans l’eau, je maintiens le flotteur de la pompe en me disant ça va aller, tous les voisins sont restés et sont installés depuis des années.

Il n’en est rien, à peine une heure de passée, l’eau a gagné le rez-de-chaussée, des sms arrivent… en me disant de monter à l’étage et de prendre de quoi boire et manger… je continue de tout surélever pour essayer de sauver un maximum… l’eau monte encore et encore… je décide de me mettre en sécurité à l’étage en raflant quelques trucs à manger et à boire, ah oui, le chat… vite ses affaires….

Et comme à son habitude, elle décide de me suivre… sautant sur le meuble télévision déjà en train de flotter, et là voilà dans l’eau… tu cours pour aller la chercher, sauf que comme elle, tu es tout aussi stressée. Je décide alors d’aller chercher un essuie et de respirer à fond pour être « zen » pour la prendre. Ouf, je l’ai, l’eau aux genoux, vite en haut pour être en sécurité.

Heureusement, quelques coups de téléphone brefs te permettent d’avoir des contacts avec tes amis, ta famille et te rassure, de recevoir des conseils et surtout de garder la tête froide !

La première nuit arrive… et l’humidité se fait sentir…

Une nuit qui n’a jamais été aussi longue, des bruits sourds, à l’éclairage de la bougie… l’eau monte encore et encore… et là tu pries pour que ça s’arrête. Tu perds la notion de tout, jusqu’à mettre des repaires dans les escaliers pour se rassurer et pourtant les marches continuent à être prise d’assaut par ce flot qui n’en finit plus… cependant il va falloir être patience. Parce que les heures vont être longues avec comme seule occupation regarder ce qu’il se passe avec désarroi et impuissante.

 

Ouf, la première nuit est passée ça semble s’être calmé… il n’en est rien c’est juste ton corps qui se mets en protection, ton instinct de survie qui te dit de tenir bon… les secours arrivent !

En effet, jeudi 14h ma voisine est sauvée de justesse ayant passée la nuit dans l’eau, mon voisin évacué avec bravoure par ses pompiers qui ont mis eux-mêmes leurs vies en danger…. Et là, tu te dis : ils vont revenir pour nous ?

Non, car je suis en sécurité, et en bonne santé, donc je dois juste patienter et surtout restée à l’étage !

 

Alors tu attends…

 

Image par Free-Photos de Pixabay
Image par Free-Photos de Pixabay

 

Tu continues de voyager de fenêtre en fenêtre pour observer tout ce désastre autour de toi, des effondrements qui se poursuivent, et là tu continues de prier entre deux discussions avec les voisins pour se rassurer et tenir bon… heureusement, ils étaient là… heureusement, la famille, les amis, amies, collègues étaient là…, en pensées, par messages, par de coups de téléphone donnés pour m’évacuer ! Que de soutien

 

18h15…Plus de batterie la deuxième nuit tombe…

 

Je perds toute notion du temps…

 

La deuxième nuit arrive, milles questions fusent encore est encore, plus de batterie, coupée du monde extérieur, heureusement les voisins sont là pour rassurer mes proches, et là tu continues de prier de toutes tes forces, pour que ce torrent cesse, diminue, se calme… et que les secours arrivent pour être enfin évacuée de ton nid douillet… et restée en vie !

 

Enfin, la décrue !

Les pompiers sont en chemin…mais il va falloir être courageuse…. Prête sac à dos, veste fluo et quelques affaires. Je guète à la fenêtre. Que ces minutes paraissent longues, mon corps se met à trembler, j’ai peur. Les voilà, enfin… je vais pouvoir être évacuée. C’est à ce moment-là que tu sens ton instinct se réveille, que tu repousses tes limites, car c’est à cet instant précis que tu dois descendre dans les escaliers à peine éclairés à travers la fenêtre de ta porte par leur spot. Tu te rassures en te parlant à voix haute, tu descends ton escalier prudemment parce que ça glisse, des odeurs sont présentes et quelques bruits, clé en main, tu y es presque. Ah, j’y suis enfin à ma porte d’entrée, les pieds dans l’eau, tout est dévasté, prête à mettre la clé dans celle-ci. Et là, panique, la serrure est dure, pas moyen d’enfoncer cette p…. de clé, tu hurles, je vais mourir ! Le pompier derrière la porte te rassure, te dit : courage, vous allez y arriver !

Yes, j’ai réussi à déverrouiller ma porte, la poignée en main, je veux ouvrir… nooooonnnnnnnn, elle est bloquée…. Tu hurles à nouveau et de nouveaux encouragements. Un meuble bloque ma sortie… les mains dans l’eau, tu essayes de soulever ce meuble, sauf que ce ne va pas. En tout cas, pas du premier coup. La deuxième fois était la bonne, j’arrive enfin à soulever ce meuble avec les quelques forces qui me sont envoyées du ciel.

J’ouvre ma porte, lève mes yeux au ciel et dit : MERCI MON DIEU. Face à ces pompiers compréhensifs et bienveillants, mon corps se met à trembler, des larmes coulent, je suis en vie !

Une vie qui depuis deux mois maintenant tourne autour de cette date… la course aux papiers, expertise, attentes des réponses, patience, assurance, …. Et bien d’autres choses et tant de questions sans réponses… comment un tel drame a-t-il pu arriver ? Autant de questions avec des comment et pourquoi ?

 

Mais, aujourd’hui, je me rappelle que je suis en VIE et que ma vie est un PRIVILÈGE, que certes c’est dur ET QUE LE TEMPS atténuera ce traumatisme PARCE QUE je suis bien ENTOURÉE ET PRIVILÉGIÉE !

 

MERCI

 

 

 

 

 

Cinzia

 

Publié avec l’autorisation de Cinzia « Si cela peut aider, oui. »

Zelles

Ajouter un commentaire

CLiquez ici pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Météo

Événements

Newsletter

Je booste ma visibilite accompagne les femmes entreprenneures et porteuses de projet en quête de visibilité professionnelle. Soyez une femme entrepreneure visible...

Plus d'infos...

Suivez-nous