Bien Etre

Je fais des demandes claires

Selon Marshall Rosenberg, pionner de la Communication Non Violente (CNV), le langage se base sur quatre étapes :
– L’observation
– L’expression de ses sentiments
– L’expression des besoins
– Et la demande

outil-5

Comme une chaîne, chaque maillon relié permet de s’exprimer sereinement, sans agressivité, de manière claire et constructive.

Observation —> Sentiments —> Besoin —> Demande

Exemple : Mon enfant joue bruyamment (O), je suis agacé (S), car j’ai besoin de calme, de respect, de tranquillité (B) —> lui demander de jouer plus calmement ou dans sa chambre
” Quand j’entends des cris, je suis agacé car j’ai besoin de tranquillité le soir après le travail. Serais-tu d’accord pour jouer plus calmement ou bien d’aller jouer dans ta chambre ? ”

 

La demande est la finalité des trois premières étapes. Elle permet d’impulser un changement. Cependant, il nes’agit pas d’une exigence.
Pour formuler une demande avec bienveillance, elle doit :

S’adresser à une personne : « Serais-TU d’accord » au lieu de « est-ce qu’ON pourrait… »

– Être dans la situation du moment, l’instant présent « Serais-tu d’accord d’aller jouer dans ta chambre » au lieu « Dorénavant, tu joueras dans ta chambre. »

– Être la plus concrète, la plus claire possible « Aller jouer dans ta jouer » au lieu de « aller jouer ailleurs » / « débarrasser la table » plutôt que « m’aider »…

– Être exprimée de manière positive, éviter la négation du style « de ne plus crier »
Pour aller plus loin sur l’importance des formules positives, vous pouvez (re)lire ce billet.

– Être réalisable « jouer en silence » Une demande impossible sera difficile à obtenir.

– Laisser le choix, demander sans exiger et en laissant à l’enfant (à l’autre) la possibilité et la liberté de refuser.

la-demande

 

La demande exprimée, je vous recommande de vérifier ce qui a été compris par votre enfant (ou le reste de la famille) ” As-tu compris ? ” n’entraînera qu’un “oui”.
Préférez  “Je ne sais pas si j’ai été assez clair, pourrais-tu me dire ce que tu as compris ?  Voudrais-tu me dire avec tes mots ce que tu as entendu de ce que je viens de dire ?”

Ainsi, l’enfant va formuler ce qu’il a entendu : “Il ne faut pas que je jette le ballon sur mon frère.”
Cependant ce n’est pas forcement interdit de jeter le ballon sur son frère mais c’est surtout dangereux.
La demande est liée au besoin. « J’ai besoin de savoir mes enfant en sécurité quand ils jouent au ballon. »
—> “Y a t’il un moyen de combler à la fois ton besoin de jouer au ballon et mon besoin de sécurité?”

La communication non violente permet de s’exprimer de manière respectueuse et elle vise aussi à respecter l’autre. Il est important de tenir compte de soi et aussi de l’autre, dans un rapport gagnant-gagnant.

 

Article partagé avec la bienveillante autorisation de son auteure, Laetitia  de “Ensemble Naturellement”

Zelles

Zelles

Ajouter un commentaire

CLiquez ici pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Articles

Nos recettes

Évènements

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicités