Billets d'humeur

La luciole et les papillons

“Bien tapie dans les sous-bois, elle reprend peu à peu son souffle.

Petite luciole, avide de grandeur malgré sa taille, en recherche permanente de chaleur, en espoir de lumière.

Oh, bien sûr, elle a été avertie : « tu dois rester prudente, ne pas trop t’exposer, ne pas chercher à éclater de feu, tu serais déçue, ce n’est pas pour toi…regarde les papillons, ce monde leur appartient,  celui que tu admires et qui t’attire avec force».

Il lui fait envie ce monde…elle aspire à y entrer, mais curieusement, chaque fois qu’elle s’en est approchée, un petit coup de ses propres ailes l’a propulsée en arrière…à sa place.

C’est ainsi qu’elle s’est résolue au surplace, bien à l’abri.

Mais ses rêves continuaient de lui parler de couleurs, de vent, de fleurs et de soleil.

A la saison d’été, plusieurs papillons sont venus virevolter autour d’elle.

« Qu’ils sont beaux ! Leur vol est tellement assuré, ils passent de fleur en fleur avec tant d’élégance, comme j’aimerais vivre cette expérience, moi aussi… ».

Elle les a longtemps, bien longtemps observés.

L’un d’eux, à la faveur de ses butinages, s’approcha d’elle, et lui dit :  « Viens, viens profiter du soleil. Laisse là tes amies lucioles, découvrons ensemble la campagne fleurie et ses trésors ».

Réjouie par cette proposition insolite, elle s’envola avec lui à travers les champs, puis les prés, les vergers.

Le papillon chatoyait au soleil.  Il n’avait peur de rien, ne doutait pas, volait, profitait de chaque nectar recueilli et lui montrait où trouver les belles fleurs. Tout papillon qu’il était, il tenait en respect les abeilles et les bourdons, qui le laissaient rayonner.  La petite luciole l’admirait pour toutes ces qualités.

Après ces premiers moments dans la lumière de l’été, elle ne le vit pas, mais le papillon la mena progressivement vers l’ombre.  Elle sentait bien parfois un malaise l’habiter, quand il évinçait un autre insecte d’un coup d’aile trop vigoureux, mais il lui avait raconté avoir du se battre hier, voilà qui pour elle excusait les maladresses d’aujourd’hui.

Un autre papillon tournoyait à proximité. Bien plus majestueux.  Des rayons de lumière l’éclairaient à chacun de ses mouvements, ses couleurs éclataient et dans le même temps douceur et mystère émanaient de lui.  Un soir, il lui murmura : « Je m’apprête à quitter ce champs pour visiter d’autres contrées.  Nous nous connaissons peu et pourtant tu vas me manquer petite luciole. Voilà un moment que nous volons l’un près de l’autre, je veux partir mais je voudrais aussi que tu m’accompagnes.  Viendras-tu avec moi ? »

Quel honneur !  Lui, qui dansait si bien, qui captait une telle lumière qu’elle y avait vu de la magie, et voici qu’il la voulait à ses côtés….peut-on refuser cela ?  Non, bien sûr qu’elle allait le suivre, il l’avait choisie, elle.  Son cœur se gonfla d’une énergie inconnue et elle se lança dans l’aventure, laissant le premier papillon au bord du bois.

Le voyage fut merveilleux. Ce papillon l’emmena loin, là où l’été se poursuit.  Elle avait parfois très chaud, parfois elle hésitait à repartir vers ses sous-bois, là où était sa place, mais il la rassurait toujours et ils partageaient de beaux moments.  D’autres fois, bien plus souvent, elle s’émerveillait des fleurs découvertes, chacune plus chatoyante que l’autre et elle se lovait dans une douce torpeur, enivrée de chaleur, d’odeurs…

Le voyage fut merveilleux…dans un premier temps.

Des orages s’annonçaient.

De peur, de fatigue ou d’énervement, le papillon la déroutait parfois.  Il devenait tantôt exigeant, lui intimant de rester à côté de lui, tantôt distant, l’envoyant à l’autre bout du pré partant rejoindre un temps, d’autres papillons et virevolter avec eux.

Un jour, c’est une tempête qui éclata. Un vent violent, une pluie battante, l’obscurité…et le papillon disparut.

Longtemps elle le chercha. Elle crut l’avoir retrouvé quelques fois, mais ce n’était que mirage.

Alors elle prit le chemin du retour.

 

luciole

 

Elle choisit de se réfugier un temps sous les feuilles.

C’est encore là qu’elle se trouve.
Elle reprend son souffle petit à petit.

Quelle aventure avec ces papillons.  Ils étaient si beaux, ils promettaient tant de bontés, ils reflétaient tellement de force, le soleil les rendait si brillants.  Elle était tellement admirative, qu’elle s’était laissée éblouir et en avait oublié de se regarder.

Parce que, au fait, une luciole….

…c’est ce tout petit insecte, tout petit, tout insignifiant, minuscule petite bestiole brune aux ailes microscopiques, qui est entrée un soir d’été dans ma voiture et s’est soudain illuminée de l’intérieur, d’une puissante et magique lumière phosphorescente, qu’elle a distillée dans l’habitacle au rythme de son vol gracieux.

Comme pour elle, elle est là, la merveille, au creux de nous, prête à irradier et à nous emplir de beauté.  Elle prend sa source dans notre âme, bien plus que dans n’importe quelle illusion d’optique.

 

Petite luciole, déploie ta belle énergie, crois en elle, crois en toi, il est temps pour toi de t’illuminer !

 

Annick – Henriette, c’est pas sérieux

Pour Zelles Ô Féminin,

Zelles

Ajouter un commentaire

CLiquez ici pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Météo

Articles

Recettes

Newsletter

Protection develops when urate crystals silence up in terms, thus causing the inflammation ciis finasteride tablets uk and oleic tilt sediment. Wherein, once on the radiology, any serious take of that women is prohibited by voluntary law.

J'ai lu et j'accepte les termes et conditions