Grossesse & petite enfance

Aidez l’aîné(e) à devenir « grand frère », « grande sœur »

 

 

La famille va s’agrandir, ça y est vous avez annoncé à celui/celle qui deviendra l’aîné(e) de la fratrie qu’un petit être va bientôt arriver. Les réactions sont différentes d’un enfant à l’autre, elles peuvent varier d’une impatience fébrile à un énorme manque d’enthousiasme.

 

A son égard, il n’est pas nécessaire d’attendre plusieurs mois avant de lui partager l’heureuse nouvelle. Les cachotteries et les murmures peuvent être mal interprétés et mal vécus, surtout que les enfants ressentent souvent les événements avec plus d’intensité que les adultes.

 

Accueillez sa réaction quelle qu’elle soit et ne parlez cependant pas du futur bébé constamment. Soit il posera lui-même des questions dès le départ, soit ce sera seulement quand votre ventre commencera à s’arrondir et, par conséquent, que la présence de son petit frère ou de sa petite sœur sera tangible qu’il sera plus curieux.

 

Quoi que votre enfant ressente ou manifeste, il est clair que sa vie va être quelque peu bouleversée.

 

Avant toute chose, ne perdez pas à l’esprit que votre « grand(e) » a peur de perdre votre amour même si fondamentalement, le fait d’accueillir un autre membre dans la famille peut aussi être vécu avec beaucoup de plaisir. Il faut donc, dès le départ, l’impliquer beaucoup dans son futur rôle en insistant sur tous les aspects positifs que cela représente. Rappelez-lui sans cesse que le cœur des parents ne se fractionne pas en plusieurs morceaux à l’arrivée des enfants : l’amour ne se divise pas, au contraire, il grandit et se multiplie à l’infini. Répétez-lui aussi combien vous êtes fière de lui, de ses progrès, du fait qu’il contribue énormément à votre bonheur.

 

capture

 

La jalousie que l’aîné pourrait ressentir est légitime. Elle le construira aussi lorsqu’il l’aura dépassée et comprendra qu’il a une place à part entière dans la famille et que personne ne représente une menace envers lui. C’est aussi grâce à cette famille qui croît qu’il va apprendre le partage tant au niveau des choses matérielles que vis-à-vis des sentiments.

 

Expliquer-lui les transformations du petit être que vous portez, demandez-lui son avis pour la couleur de la chambre, incitez-le à choisir une peluche qui peut-être deviendra l’incontournable « doudou », demandez lui aussi quels prénoms lui plaisent. Faites-lui ressentir que son avis est important.

 

Profitez de ces instants précieux pour lui expliquer que vous avez ressentis déjà ces émois grâce à lui/elle. Racontez-lui son histoire au travers de votre grossesse actuelle. Si vous avez conservé des petits vêtements lui ayant appartenu, c’est le moment de les déballer, de les trier, de ressortir de votre mémoire les anecdotes qui y sont liées. Reprenez les albums photos ou les films vidéo où il était la vedette. Lisez-lui les mots, les cartes de félicitations que vous avez reçu à l’annonce de sa naissance. Rappelez-lui comme il a fait des progrès depuis mais comme chaque instant avec lui s’avérait magnifiques.

 

Parlez-lui de ses petits copains de classe qui ont aussi connu l’arrivée d’un bébé. Les exemples concrets sont toujours plus facilement intégrés. S’il lit déjà, offrez-lui un ouvrage dans lequel on aborde le temps des confidences entre frères et sœurs, des jeux en commun mais aussi des disputes et de la jalousie.

 

Valorisez toujours son statut d’aîné ! Déjà, lui/elle vous a eu à lui/elle seule quand il était nourrisson. S’il a « joué » quelques temps à régresser pour imiter le bébé, mais surtout pour attirer votre attention, faites-lui remarquer qu’être grand est un avantage. Vous ne pouvez pas partager un restaurant ou un film au cinéma avec le bébé mais avec lui, si.

 

Plus vous anticiperez les changements (notamment s’il doit changer de chambre, s’il doit loger chez ses grands-parents lors de votre séjour à la maternité,…) plus ils seront vécus facilement et auront le temps d’être intégrés.

 

La précipitation et le fait de le mettre devant un fait accompli ne seront pas vos alliés durant cette période délicate.

 

Votre séjour à la maternité sera un moment important aussi. N’oubliez pas de lui dire combien de temps vous serez absente. Laissez-le venir vous voir et découvrir son petit frère, sa petite sœur avant le reste de votre famille et de vos amis si cela est possible.

 

Plusieurs mois qui vont ainsi s’écouler avant que le « petit intrus » n’arrive et tant mieux. Mettez tout ce temps à profit pour rassurer votre aîné. Non seulement vous ne le priverez de rien, même s’il est évident qu’il faudra changer votre organisation actuelle, mais conscientisez-le à l’idée qu’il s’ouvre doucement à d’autres plaisirs qu’il ignore encore.

 

Et comme mot de la fin, insistez toujours sur le fait qu’il est unique et irremplaçable.

 

dsc_0506

 

 

Crédit photo : la première “Pixabay” – la deuxième “Attrape Rêve Photographie”.

banniere

signature-2017

Zelles

Ajouter un commentaire

CLiquez ici pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Météo

Articles

Recettes

Newsletter

Protection develops when urate crystals silence up in terms, thus causing the inflammation ciis finasteride tablets uk and oleic tilt sediment. Wherein, once on the radiology, any serious take of that women is prohibited by voluntary law.

J'ai lu et j'accepte les termes et conditions