Grossesse & petite enfance

Renforcez la confiance de votre enfant pour prévenir du harcèlement scolaire

Comme vous le savez (ou pas !) à la base, je suis coach en développement personnel et mon domaine de prédilection est de renforcer la confiance et l’estime de soi. En effet, ces ingrédients sont indispensables pour vous faire avancer dans la vie, pour que vous réalisiez vos projets, pour que vous vous épanouissiez le mieux possible. Lorsque j’ai mis en place cet accompagnement « spécial futures et jeunes mamans » c’était pour moi comme « faire d’une pierre deux coups ». Si une femme se sent en paix avec elle-même, elle transmettra la confiance en la vie de façon naturelle à son enfant. Et il en aura bien besoin. Je sais que l’on n’a rien inventé et que les cours d’écoles ont toujours été un peu difficiles à gérer de tous temps. Premier endroit de socialisation, première fois que les têtes blondes doivent affronter des événements seuls…c’est une épreuve.

Mais je m’interroge, n’assistons-nous pas quand même à une montée en puissance du harcèlement ? (et cela de manière générale, que ce soit à l’école ou sur les lieux de travail par exemple !). Ou alors c’est parce qu’on le dénonce plus ? Je pense très sincèrement que je n’ai pas la réponse, mais mon envie du jour est d’insister plus encore que jamais pour que vous, vos enfants soient bâtis du ciment de cette confiance en vous afin de résister à toutes les bourrasques de la vie.

Qu’il s’agisse de disputes à répétitions, de petits camarades qui frappent, et plus tard, de mails d’insultes ou de commentaires désobligeants sur les réseaux sociaux, votre enfant peut rencontrer bien jeune sur son parcours de vie de vrais petits durs ! Il faut tout de suite signaler qu’en termes de rapport de force, c’est toujours inégal. Si votre petit bout a tendance à pleurer plus vite (ce qui ne veut pas dire qu’il est plus faible mais qu’il est plus sensible et qu’en plus il s’autorise à sortir ses émotions, ce qui est bénéfique selon moi), si votre ado n’est pas facilement sociable car un peu timide, il peut devenir une cible pour les harceleurs. On décèle chez tous les harcelés un peu plus de vulnérabilité que la chez la plupart de leurs copains de classe.

 

 

Tous les enfants ne sont pas des tortionnaires mais l’école est le premier système de société qu’ils expérimentent et avec lui, un milieu où les tensions, les désaccords et les tentatives de prises de pouvoir s’expriment. Une fois que la démarche harcelante est entamée, c’est un vrai travail que d’en sortir par contre, et c’est là que l’estime de soi peut faire la différence, si le harceleur constate qu’il ne perturbe pas celui ou celle qu’il a désigné en tant que sa victime, il s’en détournera.

Harceleur et harcelé risquent cependant les mêmes troubles de personnalité à l’âge adulte…Piètre image de soi, anxiété… En effet, le harceleur qui ne peut pas arrêter son manège du jour au lendemain car il est enfermé dans ce rôle de « petit chef » face au groupe scolaire n’en sortira pas sans séquelles. Ce rôle-là n’est pas confortable non plus pour grandir et se construire.

Je pense que l’on parle souvent des victimes et de leurs parents mais comment vit-on le fait d’être la famille, un proche, d’un harceleur ? Je pense que l’on assiste ici à pareille impuissance et désolation de la part d’un entourage soudainement confronté à des agissements qui les dépasse.

On constate une hausse de comportements déplacés dès la maternelle : bousculades, moqueries et c’est à cet âge-là que la prévention doit être établie !

Les parents et les enseignants devraient pouvoir mettre en place et utiliser une communication positive, une réflexion sur les agissements plutôt qu’une punition stricte. Certaines écoles instaurent des endroits de réflexion (bonne alternative au « coin »), d’autres enseignent les balbutiements de la méditation…Une chose est cependant fondamentale, c’est l’adulte qui doit être dominant dans cette phase inconfortable de la vie en classe. Il est le « maître », doit prendre le contrôle de la situation et proposer des solutions.

 

 

Si vous craignez que votre enfant soit harcelé, il faut vraiment entamer un dialogue sur sa condition et le rassurer en lui garantissant votre aide concrète. Il faut aussi lui apprendre à faire respecter ses limites, qu’il a le droit de dire « non » et de penser différemment du groupe.

S’il s’agit d’un harcèlement scolaire, le problème doit être traité avec tous les acteurs du groupe en rendant à chacun sa responsabilité et en inspectant le processus blessant dans sa globalité. Dialogue, réflexion, discours positif et empathie seront les maîtres-mots d’un échange constructif, libérateur et rédempteur.

 


 

 

Crédit photos : Pixabay

 

Zelles

Ajouter un commentaire

CLiquez ici pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Météo

Articles

Recettes

Newsletter

Protection develops when urate crystals silence up in terms, thus causing the inflammation ciis finasteride tablets uk and oleic tilt sediment. Wherein, once on the radiology, any serious take of that women is prohibited by voluntary law.

J'ai lu et j'accepte les termes et conditions