Mère -Fille Sexo

L’endométriose, quels sont les symptômes ?

Qu’est-ce que c’est ?

L’endomètre est la muqueuse interne de l’utérus ; elle s’épaissit de plus en plus au fil du cycle de la femme en réponse à la stimulation par les oestrogènes produits par les ovaires. Cet endomètre sera éliminé en fin de cycle si aucun embryon ne s’y est implanté, constituant ainsi les règles.

 

 

 

L’endométriose est définie par la présence, dans une localisation anormale, de tissu ayant les mêmes caractéristiques histologiques que l’endomètre.
On distingue l’ endométriose externe et l’ endométriose interne.

Endométriose externe

L’endométriose est définie par la présence, hors de l’utérus, de lésions d’endométriose.

Ces îlots de tissu, implantés le plus souvent dans la cavité fermée de l’abdomen, saignent chaque mois au moment des règles ; ceci crée ainsi une irritation importante de la cavité abdominale, responsable des symptômes de la maladie.

En réponse à cette irritation, l’organisme va développer des lésions, d’abord de couleur rouge car très inflammatoires ; ces lésions, en se réparant, vont devenir noires (phénomènes de fibrose), puis blanches si elles cicatrisent.

1.  Les lésions s’organisent surtout en «placards» à la surface des organes suivants :

  • Le péritoine (membrane séreuse qui tapisse l’abdomen)
  • les trompes de Fallope
  • les ligaments soutenant l’utérus dans le pelvis et les nerfs qui y cheminent
  • les parois de la vessie
  • les uretères (conduits qui transportent l’urine des reins vers la vessie)
  • les parois du rectum, ou de toute autre partie de l’intestin (intestin grêle, appendice, colon)
  • plus rarement le foie, le diaphragme, les poumons, l’ombilic, la paroi musculaire de l’abdomen

 

 

2.  Elles peuvent aussi former des kystes (« endométriomes » ou « kystes chocolat ») sur les ovaires.

 

 

3.  Ou s’accumuler pour former des « nodules » sur les organes cités plus haut, ou dans les espaces suivants :

  • entre la vessie et l’utérus (cul-de-sac vésico-utérin)
  • entre l’utérus et le rectum (cul-de-sac de Douglas)

 

 

Endométriose interne

Enfin, l’endomètre peut également s’enfouir en profondeur dans le muscle de l’utérus lui-même, créant ainsi une variante « interne » appelée  adénomyose.

Elle peut s’ajouter à l’endométriose « externe » décrite plus haut.

 

Quels sont les symptômes ?

Il existe une relation entre l’endroit où l’endométriose est implantée et les symptômes. Ceux-ci comprennent notamment et surtout la douleur pelvienne.

L’étendue de la maladie n’est par contre pas nécessairement proportionnelle à la sévérité des douleurs ressenties par la patiente.

Une invasion profonde de l’endométriose à proximité de nerfs cause probablement des douleurs plus importantes.

Des substances libérées par les lésions, et qui circulent dans le sang, expliquent également les plaintes douloureuses des patientes.

La plupart des symptômes sont cycliques et accentuées par les menstruations, puisque les lésions sont influencées par les variations hormonales.

Les manifestations les plus courantes sont :

  • La dysménorrhée (+/- 79%) : c’est une douleur qui débute progressivement, le plus souvent quelques années après les premières règles, et qui est de type sourde ou crampoïde; elle commence généralement un à deux jours avant les règles, puis persiste tout au long des menstruations et parfois pendant plusieurs jours après.
  • La douleur pelvienne (+/- 69 %) : correspond à toute douleur, n’importe quel jour du cycle, localisée sous l’ombilic et qui peut irradier dans les membres inférieurs et/ou le dos.
  • La dyspareunie (+/- 45 %) : est une douleur ressentie lors des rapports sexuels. Elle est le plus souvent ressentie lorsque ceux-ci sont profonds, se situe dans le bas du ventre, et peut avoir une intensité variable.
  • Les troubles du transit (+/- 36 %) : il peut s’agir de constipation, diarrhée, « faux-besoins », ou encore présence de sang dans les selles (rectorragies).
  • Les crises de colique (+/- 29 %) : douleur crampoïde abdominale cyclique ou chronique, douleur au moment d’aller à selle.
  • L’infertilité (+/- 26 %) : difficulté à obtenir une grossesse après au moins un an de rapports sexuels réguliers et complets.
  • La sensation de masse abdominale (+/- 20 %) : elle peut être due à la présence d’un volumineux kyste ovarien (endométriome) .
  • La dysurie (+/- 10 %) (difficulté à vider la vessie) et autres problèmes urinaires (+/- 6 %) : brûlures ou inconfort lors de la miction, sang dans les urines.
  • La douleur à l’épaule : l’implantation d’endométriose sur le diaphragme peut causer une douleur irradiée à l’épaule (le plus souvent droite).
  • Très rarement : une toux, du sang dans les expectorations suite à la toux.
  • Absence de manifestations : certaines femmes ne présentent aucune manifestation ; l’endométriose est alors découverte fortuitement au cours d’un bilan d’infertilité, ou d’une intervention chirurgicale pour une autre raison.

 

 

A noter parfois qu’un syndrome de fatigue chronique ou un état dépressif peut se greffer sur les douleurs et les traitements qui sont invalidants, et qui sont également liées au manque de connaissance et de reconnaissance de cette pathologie, qui , même si bénigne, est pourtant lourde et invasive.

 

Le centre liégeois d’endométriose vous reçoit sur rendez-vous : info@endometrioseliege.be – +32 (0)4 388 00 33

 

Vous avez une question ?

J’ai des douleurs pelviennes ou abdominales chroniques

Si ces douleurs reviennent tous les mois en période de règles ou si elles sont accentuées à cette période de votre cycle, il est possible que vous présentiez de l’endométriose. Nous vous conseillons de contacter votre gynécologue ou un membre de l’équipe pour réaliser une mise au point. Il existe de multiples solutions pour améliorer votre qualité de vie.

 

J’ai de l’endométriose et je n’arrive pas à être enceinte

L’endométriose diminue la fertilité par différents mécanismes. Elle allonge souvent le délai naturel nécessaire à l’aboutissement d’une grossesse.

Il est important de réaliser une prise en charge optimale de l’endométriose et d’emblée un bilan d’infertilité complet.

L’analyse du spermogramme est aussi essentielle lors de la mise au point de l’infertilité d’un couple. Le but est de réduire le délai entre le diagnostic d’endométriose et la grossesse. Car sans traitement (cycles spontanés), la maladie peut progresser ou récidiver. N’hésitez pas à consulter dans un centre spécialisé.

 

Autres questions et réponses : lien

Le centre liégeois d’endométriose vous reçoit sur rendez-vous : info@endometrioseliege.be – +32 (0)4 388 00 33

source

 

 

 

 

 

 

 

 

Bulle d’O² – Visibilité & Mise en relations professionn’Elles
Christelle Vanwarbeck
www.zellesofeminin.be
info@zellesofeminin.be
0487/740.680

 

 

 

Zelles

Ajouter un commentaire

CLiquez ici pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Météo

Articles

Recettes

Newsletter

Protection develops when urate crystals silence up in terms, thus causing the inflammation ciis finasteride tablets uk and oleic tilt sediment. Wherein, once on the radiology, any serious take of that women is prohibited by voluntary law.

J'ai lu et j'accepte les termes et conditions