Bien Etre Santé Vie pratique

Le retour du pollen | Allergies

« L’allergie se définit comme une réaction de défense excessive et non désirée du système immunitaire en réponse à des substances normalement inoffensives (allergènes).

Valérie Van Buggenhoudt, fondatrice d’Olhia et auteure du livre “Les grimoires d’Olhia” nous en dit plus

Avant que la réaction allergique ne se manifeste, un premier contact avec l’allergène au cours duquel une sensibilisation s’opère, est nécessaire. Le système immunitaire réagit lors d’un second contact avec l’allergène par la production d’anticorps spécifiques, appelés immunoglobulines.

Ces anticorps vont ensuite aboutir à la libération d’autres substances inflammatoires, telles que l’histamine. Ce sont ces molécules qui vont donner lieu aux symptômes d’une allergie : picotements, gonflements, rougeurs cutanées, nausées, vomissements,… Ces symptômes peuvent varier d’un individu à l’autre et dépendent de la zone où l’histamine est libérée. Ainsi une allergie respiratoire n’occasionne pas les mêmes symptômes qu’une allergie cutanée ou alimentaire.

L’intolérance alimentaire, en revanche, ne fait pas intervenir le système immunitaire. Il s’agit d’une réaction du métabolisme, due à une enzyme inexistante, inactive ou insuffisante. A cause de cette anomalie, le corps est incapable de digérer certains aliments. »*

Photo by Kari Shea on Unsplash
Photo by Kari Shea on Unsplash

Les méthodes naturelles peuvent vous aider à réduire les symptômes. Les informations suivantes ne se substituent pas à un avis médical.

 

1. Les huiles essentielles:

L’estragon et la camomille romaine (noble) sont les 2 huiles recommandées en traitement de fond.

Estragon : utilisée en cas d’asthme allergique ou d’allergies de terrain.

En cas de rhinite allergique, le réflexe est de mettre 2 gouttes d’HE d’estragon sur un sucre de canne ou un comprimé neutre à laisser fondre en bouche 2 à 3 fois par jour. Ce traitement se montre très efficace en prévention.

Vous pouvez aussi préparer un mélange à appliquer sur les sinus, le thorax et le haut du dos (éviter le contour des yeux); 2 à 3 fois par jour pendant maximum 6 jours.

HE estragon : 5 gouttes

HE niaouli : 5 gouttes

HE camomille romaine (noble) : 2 gouttes

HV calophylle : 1 càs

A utiliser en dilution dans une huile végétale en voie externe (dermocaustique), ne pas prendre durant le 1er trimestre de grossesse.

Camomille noble : elle sert en cas d’allergie de la peau ou du système respiratoire. Elle calme les démangeaisons.

Appliquer 2 gouttes sur la zone concernée 2 à 3 fois par jour en cas d’allergie cutanée.

Déconseillé durant le 1er trimestre de grossesse.

 

2. La gemmothérapie :

Bourgeon de Cassis : Il a des propriétés antihistaminiques. Il est recommandé en cas de rhinite allergique, d’allergies aiguës ou d’allergies au médicaments. Il possède une propriété adaptogène qui lui confère un effet immuno-régulateur.

Bourgeon de genévrier : le genévrier, de par son action sur le foie peut s’avérer utile en cas d’allergie au niveau immunitaire.

Il existe également un complexe anti-allergique composé de cassis, de romarin et de propolis dont les propriétés sont de rééquilibré le terrain allergique, de soulager rapidement et de stimuler les défenses du corps.

 

3. Les huiles végétales :

L’huile de nigelle : elle contient 0,15 % d’huile essentielle dont les composés expliquent en partie son action anti-allergique. Par précaution, on évitera son utilisation en cas de grossesse. Voie interne 1 càc/jour

L’huile de périlla complète : des études tendent à démontrer une action inhibante sur la libération d’histamine et une régulation de la production des agents anti-inflammatoires en lien avec l’asthme et l’allergie. Ces études ne font pas l’unanimité dans le monde scientifique actuellement. Voie interne 1càc/jour.

Le macérât huileux d’arnica : il permet de soulager les réactions allergiques après une exposition solaire ou l’utilisation des huiles essentielles n’est pas recommandée. Il en est de même pour le macérât huileux de calendula. Voie externe.

 

4. Les oeufs de caille : seuls ou en complément d’un traitement existant contre les allergies aux pollens, poussières, plumes, poils et acariens. Ceux-ci contiennent des ovomucoïdes qui sont des glycoprotéines contenues dans le blanc de l’œuf. Les ovomucoïdes inhibent les interactions de l’allergène avec les globules blancs et vont donc modérer la production d’histamine empêchant ainsi les manifestations désagréables comme la rhinite, les yeux qui piquent et autres manifestations respiratoires et cutanées. Leur action aussi bien curative que préventive.

5. Le Desmodium : en plus d’être un régénérant hépatique, il a une action antihistaminique et anti-allergique. Si vous voulez en savoir plus sur cette plante écoutez le podcast qui lui est consacré ici

 

Les informations reprises ci-dessus sont données à titre indicatif et ne remplacent pas un avis médical. Elles n’engagent pas notre responsabilité.

Si vous souhaitez être tenu au courant des activités d’Olhia, inscrivez-vous à la newsletter : https://eepurl.com/cKeXVv

* sources :santeweb.ch, Top santé, D. Festy – Ma Bible des huiles essentielles, P. Andrianne – La gemmothérapie, les essentiels de Julien.

Valérie Van Buggenhoudt

Ajouter un commentaire

CLiquez ici pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Météo

Articles

Recettes

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter