Communication Sécurité

Faut-il abolir la priorité de droite ? Et on fait comment pour s’y retrouver ?

Plusieurs communes flamandes commencent à bannir la règle ancestrale du code de la route : la priorité de droite.

Serait-ce donc le début de la fin pour la sacro-sainte priorité de droite?

Dans la petite commune rurale de Glabbeek, en Brabant flamand, la priorité de droite est du passé.

La priorité de droite serait responsable de 15.000 accidents par an en Flandre.  Un choix que revendique pleinement le bourgmestre de la commune, Peter Reekmans.Selon les derniers chiffres, la mesure porte ses fruits: les accidents ont diminué de moitié et les excès de vitesse de 30%.

La tendance pourrait-elle se généraliser à l’échelle régionale, voire nationale?

Si les riverains ont l’air satisfaits de la démarche, il est encore tôt pour le dire: l’application à Glabbeek a en effet nécessité deux ans d’étude rigoureuse. Et chaque ville possède sa propre configuration routière…

 

Et comme on me l’a dit toujours dit “Priorité rime avec sécurité”

Pas si vite, répond Benoît Godart, porte-parole de l’institut Vias :

“Il y a des quartiers où certaines routes ne sont pas plus importantes que d’autres. Dans ces cas-là par exemple, il est important d’avoir la règle de la priorité de droite, qui fait que le conducteur va ralentir, en plus”.

 

Météo

Articles

Recettes

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter