Grossesse & petite enfance

Gérer au mieux son baby blues.

 

Ce petit être tant attendu est enfin là, et avec lui, reviennent plus fort et plus concrètement vos innombrables questions ! Est-ce que je vais m’en sortir ? Est-ce que je serai à la hauteur de mes nouvelles responsabilités ? A quoi vont ressembler mes jours (et mes nuits !) ? Est-ce qu’il est en parfaite santé ? Est-ce que je comprendrai ses besoins ? La liste est longue et celles des peurs également.

Cette étape est normale bien qu’inconfortable ! A cela s’ajoute tout un tas de raisons physiologiques et émotionnelles qui ont tendance à vous mettre les larmes aux yeux pour un rien.

 

 

baby-blues

Même s’il est le plus beau du monde (en toute objectivité bien sûr), avec la présence tangible de votre bébé, s’envolent aussi toutes vos projections ! En effet, durant la grossesse, (et peut-être même bien avant que vous soyez enceintes) vous avez rêvé à des milliers de petits visages, à des joues plus ou moins rondes, à des cheveux présents ou non et ce petit bout qui arrive avec toutes ces merveilleuses caractéristiques nous oblige à faire le deuil de nos autres souhaits.

Les hormones s’affolent aussi et leur chute brutale vous bouleverse également.

Votre corps connaît une transformation de plus, si le ventre est moins proéminent, tous les kilos pris ne sont pas encore disparus et il n’est pas non plus rare de ressentir un énorme « vide » en vous. En effet, le lien privilégié et unique créé durant la grossesse est terminé lui aussi. On a littéralement et physiquement coupé le cordon ombilical, ce n’est pas anodin.

 

Les moments de lassitude et/ou de tristesse n’apparaissent pas toujours au même moment. Parfois ils sont présents lorsque votre bébé passe de bras en bras (amis, famille, personnel soignant,…) et qu’il semble déjà vous échapper, ou au contraire, ils surviennent quand vous êtes seule avec lui et que vous redoutez de ne pas savoir quoi faire s’il pleure.

 

bbblues

 

La grossesse est derrière vous, l’accouchement est passé mais ce ne sont pas de petites étapes, et voilà qu’à présent, dans toute cette fatigue déjà accumulée, votre sommeil risque bien d’être fractionné et peu reposant.

 

Comment gérer ça le mieux possible ?

 

Avant toute chose, je vous répéterai cette fois encore (et je le referai encore et encore, et encore !) soyez indulgente avec vous-mêmes et écoutez vos désirs !

Cette période délicate est là et elle est normale, et elle ne va pas durer (maximum 3-4 jours) donc ne vous rajoutez aucune culpabilité !

Etre triste, dépassée, n’est pas rare et vous avez bien le droit de l’être et de le dire ! (Si par contre, le sentiment de mal-être persiste plus longtemps, n’hésitez pas à en parler, à consulter)

 

Vous avez envie d’espacer les visites, de recevoir un nombre de personnes restreint, (voire pas du tout), et alors ? Ce sont vos premiers instants avec votre bébé, ce sont vos premiers pas en tant que maman, que parents. Votre couple, votre famille doit trouver ses nouveaux repères. Vous avez le droit de réclamer le calme et le temps nécessaire pour cela.

 

Rassurez-vous, ce baby blues est aussi une étape qui vous aide devenir maman. Les larmes que vous versez (en pensant « pour rien ») sont aussi une façon d’évacuer le deuil de votre grossesse. Cela vous aide à tourner la page, à accepter que votre enfant ait sa propre présence maintenant et non plus une existence seulement à travers vous.

 

Les marques d’attentions de votre entourage à votre égard, se déplacent de votre personne vers ce nourrisson. Ne luttez pas contre les sentiments qui vous animent, plus vite vous les accepterez, plus vite le « ménage émotionnel» sera fait et la crise passera.

 

Ce baby blues est salutaire aussi car il vous fait ressentir les choses avec démesure. Vous êtes dans un état d’hypersensibilité qui vous rend très attentive, très réactive à votre enfant. C’est un autre mode de communication. Pour quelques temps encore, votre bébé et vous vivez dans une bulle d’émotion où tout le monde ne vous rejoins pas.

 

Retrouvez progressivement votre équilibre en vous faisant du bien ! Vous pouvez par exemple, vous offrir une séance de massage. Non seulement cela vous détendra mais vous permettra de vous réapproprier votre corps.

 

Vous n’êtes pas tout le temps obligée de vous séparer de votre tout petit pour passer des moments réconfortants. : partez en promenade, participez à des ateliers dédiés à votre parentalité toute nouvelle…

 

Conclusion, pour que ce baby blues ne soit qu’une parenthèse délicate sur votre chemin de jeune maman : laissez-vous du temps, déléguez ce qui peut l’être, dialoguer et restez attentive à vos envies.

 

banniere

signature-2017

Zelles

Ajouter un commentaire

CLiquez ici pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Météo

Newsletter

Prémium

Sticky
Sticky

Je booste ma visibilite accompagne les femmes entreprenneures et porteuses de projet en quête de visibilité professionnelle. Soyez une femme entrepreneure visible...

Plus d'infos...

Suivez-nous